Des records de pluie qui ne profitent pas aux nappes

— 

 Cent dix-huit millimètres d’eau en un mois. C’est le niveau record de pluviométrie atteint en mars sur Toulouse et son agglomération depuis l’enregistrement des observations, en 1947. Le précédent record datait de mars 1958, avec 116 mm.
« C’est plus du double de la normale. La moyenne mensuelle s’établit normalement à 54mm. Mais en vingt-quatre heures, le 10mars, nous avons eu 39mm d’eau», relève Pascal Boureau, prévisionniste à Météo France.

Toutefois, après un mois de février aride, ces masses d’eau n’auront pas permis d’inverser la tendance à la sécheresse. «La situation s’est améliorée, mais nous ne sommes toujours pas à un retour à la normale du niveau des nappes phréatiques», souligne Michel Bouziges, responsable du pôle hydrologie à la direction régionale de l’environnement Midi-Pyrénées. Il faudra attendre mai, mois habituellement le plus pluvieux sur l’agglomération toulousaine, pour savoir si le territoire évitera des problèmes de sécheresse cet été.

B. C.