Les anti-ours se déchaînent à Arbas

©2006 20 minutes

— 

Du sang et des tags sur les murs de la mairie d'Arbas. Ce sont les traces laissées par le passage des anti-ours, samedi. Venus de l'Ariège et des Hautes-Pyrénées, 200 à 300 opposants à la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées s'en sont pris à la première des trois communes où seront relâchés, à partir de la mi-avril, cinq ours slovènes. « Les décisions prises à Paris dans des bureaux feutrés sont bien plus violentes que ce qui vient de se passer ici », estime Philippe Lacube, porte-parole de l'association pour la sauvegarde du patrimoine d'Ariège-Pyrénées (ASPAP), à l'origine de la manifestation.

Très remontés, ils ont brûlé la statue d'un ours en bois, symbole de l'engagement de la commune où siège l'association Pays de l'Ours-Adet. François Arcangéli, son maire, demande la dissolution de l'ASPAP et a indiqué qu'il allait porter plainte. « Ils essaient d'obtenir par la violence ce qu'ils n'ont pu avoir démocratiquement », souligne-t-il, annonçant qu'il démissionnait du PS, dont font également partie des élus ayant manifesté sous ses fenêtres.

B. C.