Des parrains pour faciliter l'entrée en fac

Hélène Ménal

— 

250 nouveaux inscrits profitent tous les jours de ces visites guidées en petits groupes.
250 nouveaux inscrits profitent tous les jours de ces visites guidées en petits groupes. — F. Scheiber / 20 minutes

Dans la « jungle » des bâtiments et des « unités d'enseignement », ils sont les défricheurs qui ouvrent la piste. Depuis lundi, affublés d'un tee-shirt rouge difficile à manquer, des étudiants aguerris guident les nouveaux inscrits. Cette « opération accueil-parrainage » est inédite à Toulouse. « Nous sommes partis du constat qu'un étudiant en difficulté en première année, parce qu'il est seul et connaît des problèmes de repérage, peut rapidement décrocher », explique Marc Rivère, l'enseignant responsable de la vie étudiante qui a réussi à recruter une centaine d'anciens pour servir de « chaperons ». Parmi eux, Laura, étudiante en Master 1 de psychologie, en charge hier d'un groupe de onze nouveaux. « J'ai décidé de participer parce que moi-même, il y a cinq ans, j'étais un peu perdue. L'université est très grande », dit-elle.

Lier connaissance
Lundi, au cours de la formation des parrains, elle a même découvert des zones de l'université qu'elle ne connaissait pas. Comme le pôle de médecine préventive où les consultations sont gratuites. La marraine n'est pas tout à fait désintéressée. « Je suis très timide et cette expérience va m'aider à acquérir une aisance à l'oral. » Florence, la marraine du groupe A, est là pour galvaniser les troupes. A 46 ans, elle concilie la gestion de son entreprise et les études. « C'est difficile. Eux, ils ont tout leur temps pour les études alors j'essaie de les motiver, de leur dire d'en profiter. »
Margaux en tout cas ne regrette pas sa journée. « Jamais je n'aurais cru qu'il y avait autant d'activités sportives et artistiques », assure-t-elle. « C'est vraiment super-intéressant », renchérit Angèle qui vient d'apprendre qu'elle va pouvoir continuer l'équitation à la fac. Au moment de la panne de réseau, lors de la visite de la salle informatique, elle a aussi sympathisé avec une Parisienne. C'est bon pour son réseau à elle. Et puis maintenant, elle sait que c'est en LEA qu'on trouve les plus chics toilettes du campus.