Moins de langues : coup de gueule au lycée

©2006 20 minutes

— 

« Je veux continuer le grec et le latin ! » Entre deux poussées de fièvre anti-CPE, les élèves et enseignants du lycée Toulouse-Lautrec enfourchent un autre cheval de bataille : lutter contre la suppression des options facultatives. « 131 élèves font du grec et du latin, 350 élèves sur 1 500 sont concernés par ces options. Et le rectorat ne nous donne plus les moyens de les assurer. », explique Annie Duloum, professeur de lettres. Sept postes d'enseignant vont être supprimés à la rentrée, ce qui selon les manifestants « obligera le chef d'établissement à abandonner certaines options ». H. M.