Des élèves en manque de bancs

Hélène Ménal

— 

1 200 élèves supplémentaires sont attendus dans les lycées de l'académie.
1 200 élèves supplémentaires sont attendus dans les lycées de l'académie. — F. Scheiber / 20 minutes

«Il manque des places dans les lycées de Haute-Garonne ! » Ce sont les parents d'élèves de la FCPE qui ont décidé de tirer la sonnette d'alarme, à la suite de « remontées » de familles qui s'angoissent en apprenant qu'elles ne peuvent pas inscrire leur progéniture dans l'établissement choisi. « Certaines ont prévu de partir en vacances en juillet. Elles vivent mal de ne pas connaître l'affectation de leurs enfants », témoigne Hélène Rouch, la présidente de la FCPE 31.

Verdict lundi prochain
A jeun d'éléments chiffrés en provenance du rectorat, elle estime qu'il manque « 1 500 à 2 000 places dans les lycées professionnels de l'académie ». Le phénomène des « non affectés » n'est pas nouveau dans ces établissements. Il conduit notamment des élèves à intégrer des filières qu'ils n'ont pas choisies. Mais cette fois, la pénurie toucherait aussi les lycées généraux « avec plusieurs centaines d'élèves en attente d'une place en Seconde ». La FCPE y voit le résultat d'une « équation impossible à résoudre », entre une hausse des effectifs (estimée à 1 200 élèves, concentrés dans l'agglomération toulousaine) et la baisse des dotations des établissements en heures d'enseignement. Le rectorat se refuse pour l'instant à commenter ces chiffres. Il juge le débat « prématuré » alors que les inscriptions viennent à peine de se terminer et donne rendez-vous lundi prochain pour un bilan plus réaliste.
Parmi les mails reçus par la FCPE, il y a aussi les cas de redoublants de troisième refusés dans leurs collèges. En ce jour de résultats du Bac, le problème pourrait aussi se poser en terminale. Et sur ce point, Hélène Rouch conseille de « ne pas lâcher. Car, s'agissant d'un premier redoublement, l'établissement d'origine est tenu d'accueillir l'élève ».