Les caméras voient large

Béatrice colin

— 

27 caméras filment désormais 24 h/24 la voie publique de Blagnac.
27 caméras filment désormais 24 h/24 la voie publique de Blagnac. — F. Scheiber / 20 Minutes

Dans la nuit de mardi à mercredi, trois véhicules de la police municipale de Blagnac sont partis en fumée après avoir été incendiés. Il y a quelques semaines, des feux de poubelle volontaires se propageaient à une école. Cette petite délinquance, en hausse ces dernières années, est en partie à l'origine de la mise en place de la vidéosurveillance sur son territoire.

Mairies de tous bords politiques
Après la Ville rose et Tournefeuille, 27 caméras filment à partir d'aujourd'hui les entrées de ville, les parcs urbains ou encore les parkings aériens. « Cela répond à une demande de la population et crée un sentiment de sécurité. Elles ont aussi un effet dissuasif, en particuliers sur les jeunes délinquants de moins de seize ans et devraient permettre d'élucider des affaires », plaide Françoise Foli, adjointe à la sécurité. Cette question dépasse pour elle les clivages politiques. « De droite comme de gauche, toutes les villes s'équipent. Il faut relativiser, nous sommes déjà filmés dans les centres commerciaux ou les rames du tramway », relève l'élue de cette commune de gauche. De nombreux maires ont fait le grand plongeon comme celui de Fonsorbes (PS) ou de Castelginest (UMP). « C'est quelque chose d'utile à tous, que ce soit en zone rurale ou urbaine. A Toulouse, cela nous a permis de résoudre plusieurs affaires. Nous avons de plus en plus de demandes sur l'agglomération toulousaine », note Maurice Barate, directeur de cabinet du préfet. En 2010, l'État a financé l'installation de caméras sur Revel et Blagnac pour un montant de 318 500 €. Cette année, huit projets de vidéoprotection sont à l'étude. Parmi les candidats, Castanet (Modem). Cugnaux (PS-PRG) s'est déclaré intéressée. Quant à Colomiers, après l'avoir annoncé début 2010, son maire attend désormais d'avoir l'avis de son tout nouveau Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance pour déployer des caméras.

Toulouse

Déjà équipée de 17 caméras filmant la voie publique, Toulouse réfléchit à l'extension de la vidéosurveillance à la rue Pargaminières. Ce projet sera soumis en septembre à la toute nouvelle commission des libertés publiques.