Jean-Luc Moudenc entre en campagne de com'

©2006 20 minutes

— 

« Tout ça veut dire que le maire est en campagne.» Pour Jean-Jacques Mirassou, conseiller municipal socialiste, « tout est lié » : le journal municipal qui a doublé de volume, la récente embauche « d'une dizaine de personnes au service communication de la mairie » ou encore le tout premier chat* du maire UMP prévu ce soir et annoncé à grands renforts d'affichage.

« J'assume complètement.

Je suis totalement décompléxé sur le plan de la communication.

Celle de la ville reposait sur un système daté.

J'avais annoncé que j'allais y remédier et c'est fait », explique Jean-Luc Moudenc avant d'ajouter : « Si je le fais à plus de deux ans des municipales, c'est justement pour être insoupçonnable.

» Pourtant, l'opposition n'en démord pas.

« Il met en valeur son équipe, relève Jean-Jacques Mirassou.

Les contribuables toulousains jugeront en temps voulu la pertinence de ce dispositif inflationniste.

».

Ce à quoi le maire rétorque que Toulouse est « encore bien en deçà des budgets déployés à Lille, Paris ou Lyon ».

Thierry Suaud, lui aussi conseiller municipal socialiste, voit dans l'organisation de cette discussion en ligne un autre intérêt pour l'édile : « Le chat est un gadget à la mode pour un maire qui cherche, je pense, à s'affirmer dans son propre camp.

» « C'est un moyen moderne qui me permet de toucher les jeunes, répond Jean-Luc Moudenc.

Il correspond à mon style qui est d'aller au contact des gens.

» Hélène Ménal * De 18 h 30 à 20 h sur www.

toulouse.

fr .
Jean-Luc Moudenc a réuni, lundi, les riverains de la station Jean-Jaurès en tant que président de Tisséo. Mais la conversation a dérivé sur des sujets municipaux. « Un mélange des genres » jugé « inadmissible » par les délégués du conseil général à Tisséo. Le président a promis de les inviter la prochaine fois.