L'amour avec un grand art

— 

 
  — 20 minutes

 Comme ses «Voyageurs », Cédric Le Borgne a l’âme rêveuse. Jamais exposées dans un musée, quelques-unes de ces sculptures en grillage et leur croquis ont trouvé refuge à la librairie Terra Nova, jusqu’au 12 mars, pour une rétrospective retraçant huit années
de travail.

Les Toulousains y redécouvrent ces bonshommes qui ont survolé le pont Neuf il y a six ans ou veillé sur le Théâtre national de Toulouse. Ceux qui se sont assis dans «Le Fauteuil», installé rue Boulbonne, se revoient en vidéo sur son site Internet récemment mis en ligne. Souvenir d’une rencontre entre les passants et l’artiste-plasticien, installé derrière une vitre, communiquant par écrit. «Mon plus grand
moment artistique !», lâche ce sculpteur atypique. «J’ai partagé une intimité avec des centaines d’inconnus. Il y avait quelque chose de «foule sentimentale», comme dans la chanson d’Alain Souchon !»,explique-t-il pudiquement en baissant les yeux. «L’art ne m’intéresse que lorsqu’il se mélange à la vie comme le fait Sophie Calle», poursuit-il.

Jugées simplement « décoratives » par la direction régionale des affaires culturelles, ses oeuvres proposent aux passants une réflexion sur l’espace dans lequel ils vivent. « J’aimerais que mon travail soit bien reçu,qu’il soit fédérateur d’un amour entre les gens,qu’il les élève. C’est mon côté fleur bleue »,avoue avec sincérité cet hypersensible de 33 ans, fan de Lara Fabian.

Même démarche quand il joue au football, son art préféré.«C’est un moment créatif qui fait appel à l’improvisation », résume le capitaine de la Prairie, l’équipe qu’il a formée il y a huit ans. Cette recherche constante d’humanité lui est autant inspirée par l’écriture deMargueriteYourcenar, les reportages de Daniel Mermet que par ses voyages à travers le monde,dont il a conservé des tickets de trains pakistanais. Après deux ans de traversée du désert, Cédric et ses personnages de fer et de lumière vont planer vers d’autres horizons. Le directeur artistique du festival lumière de Genève leur a proposé de poser leurs valises pour la prochaine édition. Histoire pour les «Voyageurs » de prolonger le rêve.

Catherine Léhé

www.cedricleborgne.com