salles obscures en pleine lumière

Béatrice colin

— 

Les salles toulousaines ont enregistré 4% de spectateurs en plus en 2010.
Les salles toulousaines ont enregistré 4% de spectateurs en plus en 2010. — A. gelebart / 20 minutes

Strass et flash en direct, bien calé dans un fauteuil moelleux, comme n'importe quel invité de la Croisette. Des Toulousains ont pu suivre hier, en direct de leur salle de cinéma, l'ouverture du festival de Cannes. C'est une des initiatives lancées par certaines enseignes pour attirer les habitants de la Ville rose, de plus en plus cinéphiles. En 2010, la fréquentation des salles obscures a progressé de 4 %, frôlant les 5 millions d'entrées.

Concurrence tarifaire
La question des tarifs y est pour beaucoup. Jusqu'au 17 mai, l'UGC met ainsi en place une opération à 3,50 € pour tous et à toutes les séances. Cela lui permet d'attirer des spectateurs durant une semaine où le beau temps aurait pu leur faire préférer les berges de la Garonne. « Nous mettons un coup de projecteur sur certains films et augmentons de 20 % notre fréquentation », reconnaît Francis Ruf, son directeur. Ce dernier est habitué à une concurrence tarifaire féroce. Pour séduire les moins de 26 ans, il a opté pour un tarif à 4,20 € comme son voisin, le Gaumont Wilson. À Blagnac, le Méga CGR a préféré rester en dehors de cette « guéguerre ». « Pour attirer le public, nous essayons de proposer d'autres contenus comme les opéras, des avant-premières, la diffusion de concerts ou de matchs de rugby. Cela plaît aux gens », plaide son directeur, Pierre Schlosser.