A Europe Ecologie, ils sont verts de rage

— 

Ils ne veulent plus jouer les plantes vertes. Les élus Europe Écologie du département ont décidé de taper du poing sur la table pour dénoncer « les pratiques » du parti socialiste. Parmi les sources de critiques, le fait que deux de leurs élus aient été débarqués de leur délégation au sein du Sicoval ou encore le plan de déplacements urbains adopté par le Grand Toulouse. Pour les écologistes, ce projet, qui dresse les grandes lignes pour les prochaines années en matière de déplacement, est jugé « peu ambitieux » et surtout « non conforme à la loi ». « Ce qui nous choque encore plus c'est que nous signons des accords électoraux et que quelques jours après on se rend compte qu'ils ne sont pas respectés. Ca a été le cas à Tisséo ou encore plus récemment au conseil général où l'on attend toujours que l'élu écologiste ait des responsabilités », note Henri Arévalo, secrétaire départemental d'Europe-Ecologie. Du côté du parti socialiste on se refuse pour l'heure à tout commentaire.