Le nouveau centre-ville entre en pistes

Hélène Ménal

— 

Une des esquisses présentée hier par Joan Busquets pour illustrer la reconquête des berges.
Une des esquisses présentée hier par Joan Busquets pour illustrer la reconquête des berges. — BAU Barcelona

«Les voitures seront acceptées mais pas forcément les bienvenues. Et elles ne pourront plus traverser le centre de part en part ». Pierre Cohen (PS), le maire de Toulouse, a profité hier d'un colloque sur l'avenir urbanistique de l'agglomération pour lever un coin du voile sur le réaménagement du centre-ville Le projet définitif du Catalan Joan Busquets, présent lui aussi hier, sera rendu public « à l'automne ».
Il s'articulera autour de ce que l'urbaniste appelle « l'Octogone », en fait la ceinture des boulevards, et ne donnera lieu à « aucune démolition ». A l'intérieur donc, les automobilistes téméraires devront « rouler au rythme des piétons ». Joan Busquets imagine « un centre-ville confortable que l'on pourra utiliser autrement », avec des « parcours différents », pour le shopping certes, mais aussi « pour relier les musées entre eux ».

Pontons sur la Garonne
Afin de « sortir du tout minéral et de préserver des îlots de fraîcheur », l'urbaniste a identifié « sept à huit artères » à aménager en « épines dorsales vertes ». Parmi elles, les allées Jean-Jaurès dont la transformation façon Ramblas de Barcelone semble être une affaire entendue. « Il y aura une allée au centre avec des arbres, et les voitures passeront sur les côtés », a indiqué le Catalan, sans dire combien de files de circulation subsisteront.
L'autre fil rouge — bleu en l'occurrence — est « la réappropriation des voies d'eau » qui, pour Pierre Cohen, « font partie de l'ADN de Toulouse ». « Autrefois, la Garonne faisait peur. Elle est aujourd'hui maîtrisée. Il est donc temps pour les habitants de se tourner vers elle », souligne Joan Busquets. Il songe notamment « à réunir les deux rives » en installant « des systèmes de pontons que les piétons pourront emprunter par beau temps ».

Concernant le Canal, l'idée est « d'aménager les berges de façade à façade et de façon symétrique ». Ces propositions ne sont encore que des traits de crayon, elles attendent la bénédiction des élus.