Le Cancéropôle estampillé campus vert

— 

Sur les ruines de l'industrie chimique, place à l'excellence environnementale. Tous les acteurs du Cancéropôle (industriels, laboratoires de recherches et communauté urbaine) ont signé vendredi « une convention d'engagement volontaire en faveur du développement durable ». Ecoconstruction, transport des salariés ou économies d'énergie, ils s'engagent à collaborer pour faire de ce campus un quartier à la pointe de l'écologie. Des initiatives donnent déjà l'exemple : la création d'une aire d'arrêt pour le covoiturage ou encore les abris à voitures recouverts de panneaux photovoltaïques du parking de Sanofi. La future Clinique universitaire du Cancer répondra de son côté à la norme Haute qualité environnementale (HQE). « Le Cancéropôle ne peut pas être une juxtaposition d'équipements, il doit viser l'excellence urbaine », selon Pierre Cohen (PS), le président du Grand Toulouse, qui a de nouveau évoqué la création, à l'horizon 2020, d'un téléphérique reliant le Cancéropôle au CHU de Rangueil.