petits vendeurs, le retour

hélène Ménal

— 

Le marché aura lieu le dimanche matin à Arnaud-Bernard.
Le marché aura lieu le dimanche matin à Arnaud-Bernard. — F. Scheiber /20 minutes

Un marché de la retape et de l'occase façon rustine des temps de crise. Fin mai, huit ans après leur expulsion des puces de Saint-Sernin, les petits vendeurs vont faire leur retour en centre-ville. Sur la place Arnaud-Bernard plus exactement. Et en toute légalité. L'Espace de l'Inquet (lire encadré) est un rendez-vous dominical expérimental où il sera interdit de vendre des objets neufs. Pour déballer sa vaisselle ou son linge, il faudra justifier d'un revenu inférieur ou égal aux minima sociaux.

Réduire la vente illégale
« Nous avions promis de refaire une place aux petits marchands dans un contexte où la pauvreté se généralise, explique Mama Hammou, conseillère municipale déléguée aux marchés. Mais ce ne sera pas un marché de la misère, nous le souhaitons convivial, avec des objets relookés issus du tri sélectif ». Par ailleurs, la mairie cherche une association pour assurer « l'accompagnement social » des marchands de l'Inquet. Ces derniers ont jusqu'au 26 avril pour déposer leur candidature*. Ils seront une centaine à obtenir le sésame et pourront sortir leur étal par groupe de cinquante tous les quinze jours. Françoise Grondard, la présidente de l'association En vrac, fera partie de la commission de sélection. Elle milite depuis plus de dix ans pour la création d'un marché social et ne cache pas sa satisfaction de voir « que les choses bougent enfin ». Elle connaît bien le monde des récupérateurs, réduits à la vente à la sauvette. « Il s'agit de gens parfois âgés, souvent malades, qui en ont besoin ne serait-ce que pour remplir leur frigo », dit-elle.
Pour la mairie, l'objectif n'est pas uniquement humanitaire. Ce rendez-vous, aussi envisagé à la Faourette ou à la Reynerie, est une alternative aux marchés illégaux, mouvants mais vivaces. Celui du marché gare a été expulsé par la police la semaine dernière.

histoire

Ce nouveau rendez-vous tient son nom de « l'inquet » qui désignait en occitan le marché autour de la basilique Saint-Sernin mais aussi, par extension, le crochet avec lequel les chiffonniers fouillaient les rebuts pour trouver leur marchandise.