« Nous avons cinq thèmes prioritaires »

© 20 minutes

— 

Maire (UMP) de Toulouse. On vous sent de plus en plus à l’aise dans vos habits de maire. Comment l’expliquez-vous ? Je suis maire depuis dix-huit mois mais élu municipal depuis dix-neuf ans. Quand j’étais adjoint, j’étais plutôt circonscrit dans le domaine des déplacements et de la circulation. Là, j’ai découvert tous les autres aspects et l’extrême richesse d’une action municipale. Ce qui est passionnant quand on est maire, c’est la possibilité d’influencer le destin. La construction du siège de Galileo à Montaudran va-t-elle vraiment commencer cette année ? Pas forcément. Mais nous allons définir sa configuration avec les industriels et passer de l’idée à un projet. Vous avez demandé hier à l’Etat de presser le pas sur le dossier de deuxième rocade. Pourquoi ? J’interpelle effectivement le préfet car je sais que les études menées par la DDE sur cette deuxième rocade sont prêtes depuis plusieurs mois. Il faut arrêter de les garder sous le coude et en communiquer enfin les résultats. Comment une rocade routière peut-elle rimer avec un développement durable ? En étant située plus loin des habitations. On voit bien que la rocade actuelle coupe certains quartiers, avec les nuisances qui vont avec. L’autre idée est d’y intégrer dès la construction des couloirs de bus en site propre, connectés aux transports en commun. L’idée de construire un nouvel aéroport à la frontière de la Haute-Garonne et de l’Ariège semble aussi vous séduire. J’observe qu’avec la chambre de commerce de Pamiers, on a un territoire candidat à l’accueil de cette plate-forme. Je souhaite qu’on étudie cette hypothèse et qu’on ne fasse pas la politique de l’autruche sur ce dossier. En tant que président de Tisséo, êtes-vous toujours aussi réticent sur la régie publique des transports en commun ? Ma position n’a pas changé. La régie à la marseillaise est une mauvaise formule. Mais elle a été votée par Tisséo et elle entre en vigueur. Je n’ai jamais dit que les bus ne rouleraient pas le 1er janvier, mais que c’était à terme que les effets seraient négatifs. Que peut apporter la commission de réflexion que vous avez constituée à la suite des émeutes de novembre ? Nous avons identifié cinq thèmes prioritaires : l’emploi, la lutte contre les discriminations, la mixité sociale, la citoyenneté et l’éducation. Nous allons analyser sans a priori ce qui a marché ou pas dans les actions déjà menées et développer ce qui a réussi le mieux. Une étude a été confiée à un cabinet extérieur, qui nous dressera dans trois mois un premier bilan. Le projet de « Villa Médicis » à la prison Saint-Michel est-il toujours d’actualité ? Je n’en parle pas car la vente de la prison Saint-Michel par l’Etat ne se fera qu’en 2007. Le projet n’est pas du tout abandonné. Recueilli par Hélène Ménal