Un sursis pour Frédo l'agriculteur

— 

L'agriculteur à sa sortie du tribunal.
L'agriculteur à sa sortie du tribunal. — F. Scheiber / 20 minutes

Frédéric Liévy, le plus célèbre agriculteur de Frouzins, a jusqu'au mois d'octobre pour se mettre en conformité avec le code de l'urbanisme. Hier, le tribunal de grande instance a examiné le dossier de ce père de famille issu de la communauté des gens du voyage. La mairie de Frouzins lui reprochait d'avoir érigé illégalement des bâtiments sur la parcelle agricole dont il est propriétaire depuis 2001, et d'y vivre. Trois demandes de permis lui ont été refusées au motif qu'il ne pouvait pas se prévaloir d'être agriculteur.
Hier, au tribunal, « Frédo » a d'abord pris un savon. « Nous assistons à un passage en force. C'est insupportable car les règles doivent être les mêmes pour tout le monde », a tonné le procureur Francis Boyer, avant de requérir un ajournement de la peine. Le tribunal est allé dans ce sens. Bien qu'estimant Frédéric Liévy « coupable », il lui a laissé jusqu'en octobre pour obtenir son permis. L'instruction devrait être plus favorable. Car, en plus l'élevage de poules de sa parcelle, l'agriculteur possède désormais d'autres terres agricoles. Pour Alain Bertrand, le maire, « s'il a ce permis, alors il n'y aura plus de problème ». « Je veux vivre en paix avec ma famille », a indiqué « Frédo », avant de rejoindre ses nombreux soutiens.