De la friture sur les ondes toulousaines

Béatrice Colin

— 

Une équipe de 28 personnes travaille à France Bleu Toulouse.
Une équipe de 28 personnes travaille à France Bleu Toulouse. — F. Scheiber / 20 minutes

Depuis ce matin 6 h, France Bleu émet dans l'agglomération toulousaine sur la fréquence 90.5. Emploi, trafic, info locale ou encore retransmission intégrale des matchs du Stade Toulousain, la dernière née du réseau Radio France a « l'ambition d'être la radio de proximité des Toulousains », avance Vincent Rodriguez, son directeur.

Marché concurrentiel
Pour y parvenir, la nouvelle venue va devoir faire sa place dans le paysage radiophonique. « Nous n'arrivons pas en terrain conquis, il y a de la concurrence et elle est sérieuse mais l'on sait aussi qu'il y a un vrai marché à Toulouse », a souligné hier Jean-Luc Hees, le PDG de Radio France qui truste localement les deux premières places en termes d'audience avec Inter et Info. La fédération régionale des radios associatives non commerciales, qui regroupe 47 radios, ne voit pas cette arrivée d'un mauvais œil « C'est même bien de voir le retour d'une radio locale du service public », note Jean-Claude Cathala de Mon Païs spécialisée dans le social.
Un avis loin d'être partagé par les radios privées. Totem et 100 % lorgnaient depuis des années sur cette fréquence. « Elle a été préemptée par Radio France, les privant de la possibilité de s'implanter », déplore Mathieu Quétel, directeur général de Sud Radio et vice président du Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes, à l'origine d'un recours devant le Conseil d'Etat.

programmation

De 6 h à 9 h du matin, la matinale sera consacrée à l'info, ponctuée de rendez-vous avec à 7 h 50 l'invité de la rédaction. Entre 9 h et 11 h 30 se succéderont des conseils d'experts (juridiques, conso), des infos cuisine ou encore sortie. Tous les lundis, à 18 h, une heure d'antenne sera consacrée au Stade Toulousain.