hooligans serbes en cage

Loïc Tregoures, à Belgrade

— 

Les proches des condamnés ont vite indiqué leur intention de faire appel.
Les proches des condamnés ont vite indiqué leur intention de faire appel. — MILOSAVLJEVIC / SIpa

Deux cent quarante, c'est le total des années de prison prononcées hier à l'encontre des agresseurs de Brice Taton, à l'issue de plus de dix mois d'un procès hors norme. En septembre dernier, le jeune homme, âgé de 28 ans, avait été frappé à coups de barres de fer et de battes de baseball par des supporters du Partizan Belgrade en marge d'un match d'Europa League dans la capitale serbe. Il était mort de ses blessures douze jours plus tard. Reconnus coupables de meurtre aggravé par la Haute Cour de Belgrade, douze des quatorze accusés écopent de peines allant de 12 à 35 ans, tandis que deux autres s'en sortent avec 4 et 5 ans pour violences sur deux amis de Brice, et un dernier avec 8 mois pour complicité.

« Un verdict juste » pour la famille
Suzanne Taton, la mère du supporter toulousain, a choisi de s'exprimer quelques heures après le verdict. « C'est un soulagement, mais nous n'en tirons aucune satisfaction. Ils n'ont pas tué Brice, ils l'ont massacré, et ne lui ont laissé aucune chance, c'est pourquoi je pense que c'est un verdict juste », a-t-elle indiqué. Un sentiment loin d'être partagé par les proches des accusés. Certains ont ironiquement applaudi la juge Mirjana Ilic en l'invectivant. A la sortie du tribunal, une cinquantaine de supporters ont bravé le froid pour attendre les avocats et les familles. Très remontés contre un verdict qu'ils considèrent comme politique en l'absence de preuves, ils se sont montrés menaçants à l'encontre des journalistes français qui tentaient de les filmer. « Même les criminels de guerre du TPI ne sont pas condamnés à des peines aussi lourdes ! » s'est emporté l'un d'eux. « Le tribunal n'a apporté aucune preuve que mon fils en personne a frappé et balancé Brice Taton par-dessus l'escalier. Et malgré ça, on le condamne à 14 ans de prison pour meurtre. C'est ça la justice ? » a lancé la mère d'un des condamnés.
Poignants de dignité hier, les parents de Brice savent que le combat n'est pas terminé. Les avocats de la défense vont faire appel.

Réaction

« On est plutôt satisfaits du verdict. On n'y croyait pas trop après la cacophonie des dernières audiences, réagit Philippe Maury, le président de l'association Brice-Taton. Cela ne nous rendra pas Brice, mais ça fera en sorte que la cicatrice soit la moins moche possible. On va pouvoir tourner la page et vivre comme le faisait Brice, avec l'envie de croquer la vie. »