Nettoyage à sec pour le Canal

Béatrice Colin

— 

Des promenades « éco-responsables »sur les berges du Canal seront organisées à l'occasion de cette vidange.
Des promenades « éco-responsables »sur les berges du Canal seront organisées à l'occasion de cette vidange. — F. Scheiber / 20 minutes

Poubelles, barrières de sécurité et VélôToulouse sont sur le podium des objets les plus jetés dans le Canal du Midi. A partir du 18 janvier, à l'occasion de la vidange des biefs du Béarnais et des Minimes, entre le conseil général et la gare Matabiau, les services de voies navigables de France (VNF) s'attendent à récupérer des objets aussi divers que variés. « Parmi les plus insolites il y a la découverte d'un revolver à Bayard ou encore de petits coffres-forts… malheureusement toujours vides. Lorsque le bief du Béarnais a été vidé en 2009, près de 60 m3 d'ordures ont été évacués par nos services. Nous essayons de tout récupérer, mais c'est souvent difficile car nos agents pataugent parfois dans 80 cm de vase », explique André Marcq, chef de la subdivision VNF en Haute-Garonne.
Cette vidange doit permettre à ses services de mener une expertise des travaux à réaliser sur l'écluse Bayard dont les portes fuient. C'est aussi l'occasion de sensibiliser la population, « de dire aux gens que le Canal n'est pas une poubelle », insiste ce responsable. En collaboration avec les professionnels du secteur, réunis au sein de la coordination Umih-Batellerie, VNF organise du 18 au 20 janvier une promenade sur les berges*, histoire de faire découvrir la beauté du site et l'envers du décor.

Remise en eau début mars
Dès demain, la navigation sera interdite sur ce tronçon du Canal et il faudra attendre début mars pour sa remise en eau. Pour continuer à travailler durant cette période de « chômage », les bateliers se sont organisés.
Dès vendredi, l'ensemble des bateaux à passagers, circulant habituellement sur ces deux biefs, iront voguer au-delà de l'écluse de Bayard, en direction de Castanet. « L'activité économique se poursuit, aujourd'hui nos bateaux fonctionnent toute l'année, nous ne pouvons pas nous permettre de l'interrompre durant une aussi longue période. Mais nous sommes conscients de l'intérêt de ces vidanges, nécessaires à l'entretien de ce site classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco », souligne Christian Moutous, président de la Coordination Umih Batellerie.