des stations trop déséquilibrées

julie rimbert

— 

Certaines stations sont vides le matin alors que d'autres débordent de vélos.
Certaines stations sont vides le matin alors que d'autres débordent de vélos. — f . scheiber / 20 minutes

Trois ans après son implantation, la gestion du système de location VélôToulouse ne satisfait plus l'opposition municipale. Pour Jean-Luc Moudenc, ancien maire UMP de Toulouse, les utilisateurs de ces vélos en libre-service se plaignent d'une régulation trop faible du nombre de cycles en stations. Il a demandé lors du dernier conseil municipal une renégociation des modalités de gestion auprès de l'exploitant JC Decaux. « Entre 8 000 et 10 000 vélos sont loués chaque jour ce qui prouve que les Toulousains plébiscitent ce mode de déplacement doux, explique l'ex-édile. Mais en pratique, les usagers constatent que certaines stations sont surchargées le matin alors que d'autres sont totalement vides. Il faut convenir avec l'exploitant d'organiser des navettes techniques plus fréquentes pour rééquilibrer les stations en journée ».

Un contrat actuellement renégocié
Pour Philippe Goirand, adjoint aux pistes cyclables, « les VélôToulouse n'ont pas vocation à desservir les universités, les stades ou les salles de spectacle. Nous avons bien sûr en tête d'améliorer le service rendu, et en particulier d'obtenir une meilleure rotation mais il faut avant tout développer la place du vélo dans la ville, comme un vrai moyen de déplacement ». La municipalité est actuellement en pleine renégociation avec la société JC Decaux pour améliorer la gestion des vélos en libre-service et envisager l'ouverture la nuit du système de location. « Les cycles seront déjà disponibles 24h/24 les nuit de Noël et du réveillon », annonce Bernard Marquié, adjoint chargé de la circulation. L'exploitant JC Decaux espère avoir achevé ces négociations « au cours du premier trimestre 2011 ».