Les buralistes veulent barrer la frontière espagnole

— 
Les buralistes craignent la désertion.
Les buralistes craignent la désertion. — F. Scheiber / 20 minutes

Alors que déjà « un paquet sur cinq provient de l'étranger », les buralistes du sud-ouest redoutent une déferlante de cigarettes espagnoles dont la cartouche coûte jusqu'à 20,50 € de moins. Ils veulent à tout prix dissuader les parlementaires de supprimer, comme le demande Bruxelles, la limitation des quantités de tabac transportées depuis d'autres pays de l'Union européenne. Le seuil est actuellement fixé à un kilo, soit environ cinq cartouches. Pour se faire entendre, les professionnels ont mis au point un plan de bataille.

Le trafic conforté
A partir du 5 décembre, et tous les dimanches suivants, ils vont « bloquer la frontière espagnole, du Perthus eu Pays Basque ». Les buralistes de la Haute-Garonne se donneront rendez-vous à Montréjeau puis Saint-Béat, pour une opération escargot jusqu'à Bossost.
« Si la modification est votée, n'importe qui pourra ramener d'Espagne des cartons entiers de cigarettes ! C'est une catastrophe pour la profession et pour la politique de santé mise en place par le gouvernement », fulmine Gérard Vidal, le président des débitants de tabac de Midi-Pyrénées. Il imagine déjà des trafiquants « à plein-temps » multipliant les navettes transpyrénéennes, voire « des étudiants de souche pyrénéenne arrondissant leur fin de mois, en ramenant des cartons de leurs week-ends ».