« pistes » de reconversion

— 

La direction de l'usine Freescale, qui doit fermer ses portes fin 2011, affirme avoir « des pistes sérieuses et avancées » pour la reconversion d'une partie de ses équipements. « Mais il n'y a pas de signature au bas d'un contrat », enchaîne-t-elle prudente, en souhaitant préserver « la confidentialité » des négociations. Ce message a été délivré hier aux syndicats lors d'une « commission de réindustrialisation ». « On nous a fait miroiter un scénario probable qui porterait sur la reprise de 250 salariés, sans nous donner de secteur d'activités », indique Eric Hirson, délégué du syndicat CGT, minoritaire. Pour lui, « la direction joue sur l'espoir pour acheter la paix sociale avant les élections internes du 9 décembre ». Depuis l'annonce de la fermeture en avril 2009, Freescale explique que son objectif est de recaser en CDI les 821 salariés concernés. La direction indique que 100 d'entre eux ont déjà retrouvé un emploi — 53 selon la CGT — et que 150 sont en formation de reconversion.