solidaires avec les personnes dans la rue

— 

Une cinquantaine de personnes a participé au sit-in devant la gare pour dénoncer le manque de places d'hébergement d'urgence.
Une cinquantaine de personnes a participé au sit-in devant la gare pour dénoncer le manque de places d'hébergement d'urgence. — f . scheiber / 20 minutes

Un sit-in devant la gare Matabiau, emmitouflés dans les couvertures et les duvets, pour représenter les personnes qui dorment tous les soirs dans la rue. A l'appel des associations de l'urgence sociale, une cinquantaine de personnes a participé hier à cette action symbolique alors que les températures cette semaine sont descendues jusqu'à -2 °C la nuit. « Tous les soirs, environ 60 personnes se voient refuser l'accès à un hébergement d'urgence par manque de place, explique Geneviève Genève du collectif inter-associations. Seulement 40 % des personnes qui appellent arrivent à joindre le 115. Les places proposées par l'Etat sont donc bien insuffisantes au vu des besoins ». Les associations estiment qu'il manque environ 300 places d'hébergement sur Toulouse.
Devant la nouvelle baisse des températures annoncée pour cette fin de semaine, les membres du collectif inter-associations demandent l'ouverture rapide des 46 places disponibles au centre du Grand Ramier, ainsi que celles du Petit Capitole.

places

A Toulouse, la halte de nuit n'est toujours pas opérationnelle. Selon les associations, la structure devrait ouvrir d'ici une dizaine de jours. Dans le cadre du plan hiver, 40 places pour les familles et 12 places pour les personnes isolées ont ouvert, à Muret, en complément des hébergements disponibles toute l'année.