Dernières bordées avant l'arrivée à quai

Hélène Ménal

— 

Dans la partie sud de l'avenue de Muret, le tram occupera la voie centrale.
Dans la partie sud de l'avenue de Muret, le tram occupera la voie centrale. — Smat

C'est l'ultime étape avant le lancement des travaux. L'enquête publique sur la ligne Garonne, qui doit relier les Arènes au Grand-Rond fin 2013, démarre aujourd'hui. Selon Tisséo, 34 000 habitants et 16 000 salariés sont directement concernés par cet investissement de 115 millions d'euros. Ils ont cinq semaines pour s'informer* ou s'exprimer sur l'itinéraire de cette deuxième ligne de tramway, son insertion sur la voirie et l'emplacement des sept stations qui la jalonnent.

Commerçants inquiets
Pour l'instant, la ligne Garonne n'a pas soulevé de protestation. Mais du côté de l'avenue de Muret, où le tramway occupera la voie centrale avant de se fondre dans le flux automobile, l'appréhension commence à planer. Pour un buraliste du bout de la rue, le principal problème est celui du stationnement. « C'est déjà la galère pour s'arrêter ou décharger de la marchandise, alors je n'ose pas imaginer l'enfer que ce sera quand le tramway sera là », souligne-t-il. « Ce qui nous inquiète le plus, c'est la phase de travaux, explique de son côté Michel Guiet, un fleuriste. Nos magasins fonctionnent aussi avec de la clientèle de passage qui ne pourra plus s'arrêter. » Le commerçant reconnaît que les réunions de concertation ont été nombreuses, mais il les a aussi trouvées « très techniques ». Par ailleurs, certains riverains des petites rues adjacentes redoutent de voir leurs pas-de-porte transformés en parking de délestage. Des registres attendent les autres doléances au Capitole, à la mairie annexe de Croix-de-Pierre, chez Tisséo et au Grand Toulouse.