Les gardiens n'ont pas envie de sortir

— 

Pas moyen de passer par la case prison ce matin. Dès l'aube, les agents de la pénitentiaire ont prévu de bloquer les issues de la maison d'arrêt de Seysses et de la centrale de Muret, à l'appel des syndicats CGT et FO. Seules les urgences et les extractions médicales pourront passer les grilles. Les manifestants protestent contre une évolution de leurs missions qui doit entrer en vigueur l'année prochaine. Elle prévoit notamment que les gardiens seront chargés des escortes de détenus lors de leurs allers-retours entre les cellules et le Palais de justice, et des « gardes statiques » en cas d'hospitalisation à l'extérieur. « Le tout sans revalorisation salariale, ni personnel supplémentaire, alors que la situation est déjà très tendue dans les établissements », s'indigne Gérard Comont, le secrétaire de la CGT pénitentiaire en Midi-Pyrénées. « Déjà qu'on nous demande d'être assistante sociale et infirmier psychiatrique, il faudra en plus faire le travail des policiers et des gendarmes », ajoute-t-il.