Des villages passés à la douche écossaise

Hélène Ménal

— 

Sur l'itinéraire du TGV, le bonheur des uns fait le malheur des autres. Les communes de Lespinasse, Bouloc, Castelnau-d'Estrétefonds ou encore Bruguières en font l'amère expérience. Alors que Réseau Ferré de France enclenche « L'étape 2 », c'est-à-dire « la recherche du meilleur tracé possible à l'intérieur d'un fuseau de 1 000 mètres », les maires concernés ont eu confirmation jeudi en préfecture qu'ici, par particularisme local et décision ministérielle, deux fuseaux restent en course entre Castelsarrasin et Saint-Jory. Le fameux fuseau D, choisi par RFF et rejeté par le très actif collectif Union pour la sauvegarde des villages (USV), mais aussi un passage plus à l'Est, dit « jumelé avec l'autoroute A62 ».

Associations réactivées
Une victoire pour l'USV et les habitants de Pompignan, une véritable douche écossaise pour des villages qui se croyaient épargnés et se retrouvent remis en jeu. « Le fuseau arrive exactement sur la commune… », lâche Bernard Sancé, le maire de Lespinasse. Officiellement, il attend que les cartes arrivent en mairie « pour en tirer les conséquences et informer la population ». Officieusement, il est « furieux ». Son homologue de Bouloc, Christian Faurie, a été d'abord « surpris » , aujourd'hui il se dit « ennuyé ». Chez les habitants aussi la fronde est réactivée. Comme à Bruguières où le collectif « Parc et Cabanes » a repris du service. « Nous remontons au combat, nous refaisons des tracts », assure son président Jean Nougarolis. Il a choisi de rejoindre le collectif « TGV raisonné » qui, initialement, défendait les intérêts des villageois de Castelnau-d'Estrétefonds. « Depuis jeudi, les adhésions affluent », explique Céline Ferreira, sa présidente. Prête à en découdre une deuxième fois. elle reste persuadée que le fuseau ressuscité est le « plus impactant » au plan humain. « Nous ne sommes que des petits citoyens en colère, mais nous avons réactivé nos contacts avec des spécialistes. Nous nous battrons avec nos moyens et notre bon sens », prévient-elle.

Calendrier

Le tracé définitif de la Ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse sera connu fin 2011. D'ici là, Réseau ferré de France indique qu'une concertation du public aura lieu à chaque étape de décision. Mi-décembre, les hypothèses de tracé à l'intérieur des fuseaux seront présentées à la population. Au deuxième trimestre 2011, la consultation portera sur « les résultats de la comparaison des tracés ». Au troisième trimestre 2011, c'est le « tracé consolidé » qui sera mis en débat.