cgt et cfdtrefusent dedémissionner

— 

Les élus CGT et CFDT de Continental en Midi-Pyrénées ont officiellement opposé hier une fin de non-recevoir à un groupe de salariés indépendants. Ces derniers leur demandent de démissionner à la suite de leur rejet d'un projet controversé de garantie de l'emploi en échange de sacrifices salariaux. Présentés comme « apolitiques et non syndiqués », ils ont lancé une pétition, qui a rassemblé 1 184 signatures, pour demander de nouvelles élections professionnelles chez l'équipementier automobile et la réouverture du dialogue entre syndicats et direction. « Nous ne démissionnerons pas, a répété hier Sami Hamida, délégué CFDT. Nous avons été élus lors de véritables élections, avec un taux de participation de plus de 60 % ». Les deux syndicats majoritaires dénoncent un chantage à l'emploi alors que la direction évoque la suppression de 1 000 postes. Ils se disent prêts à accepter la reprise de discussions sous médiation, à condition qu'il s'agisse d'un dialogue sur de nouvelles bases.