les grévistes à l'assaut de la banque de france

— 

150 personnes, dont une dizaine d'étudiants, ont manifesté hier devant la Banque de France afin de réclamer de l'argent à l'Etat pour financer une nouvelle réforme des retraites.
150 personnes, dont une dizaine d'étudiants, ont manifesté hier devant la Banque de France afin de réclamer de l'argent à l'Etat pour financer une nouvelle réforme des retraites. — f . cheiber / 20 minutes

Ils ne chôment pas. À l'appel de l'intersyndicale, quelques cent cinquante personnes ont bloqué hier, aux alentours de midi et durant deux heures, les deux principaux accès menant à la Banque de France. Une action symbolique, perpétrée en plein centre-ville sans le moindre heurt et destinée « à réclamer de l'argent à l'Etat, afin de financer une nouvelle réforme des retraites », explique Jean-Claude Cathala, porte-parole de l'Union départementale de la CGT. Malgré les vacances de la Toussaint, l'intersyndicale toulousaine a donc clairement choisi de maintenir la pression sur le gouvernement, en organisant au minimum une action par jour. En parallèle, des piquets de grèves sont toujours présents devant les entrées du centre des Impôts du Mirail et de l'Hôpital Marchant. Quant aux éboueurs de la ville, ils bloquent toujours, trois dépôts sur cinq. « L'objectif est de passer cette semaine de vacances, avant de repartir de plus belle dès la rentrée », conclut Jean-Claude Cathala.

ACTION

L'intersyndicale ne se démobilise pas pendant cette semaine de vacances. Ce matin, ses membres devraient bloquer l'un des deux dépôts de carburant de l'agglomération toulousaine. Histoire de s'échauffer avant la grande manifestation programmée demain à 10 heures au départ de Saint-Cyprien.