« Soixante-cinq auteursfrançais et étrangers »

— 

Claude Mesplède, président du festival.
Claude Mesplède, président du festival. — f . scheiber / 20 minutes

Le président de l'association Toulouse Polars du Sud présente le Festival International des Littératures Policières qui débute aujourd'hui au forum de la librairie de la Renaissance et s'achève dimanche.

Quel est le menu de ce « buffet froid » ?
Nous allons accueillir 65 auteurs français et étrangers (Italie, Espagne, Ecosse, Etats-Unis, Turquie et Iran). Il y aura aussi des représentants de la BD policière, comme Jacques Tardi, ou des cinéastes comme Jean Vautrin. Tous seront disponibles pour des signatures et tables rondes.

Quelle est la singularité de ce festival ?
La particularité, c'est qu'il reste toujours à l'écoute des romanciers du Sud avec la présence de huit personnalités italiennes, tels que Loriano Macchiavelli, artisan du renouveau du polar italien, Gianrico Garofiglio, romancier et sénateur, ou encore Piergiorgio Di Cara, romancier et chef de l'antigang de Palerme.
Un prix va-t-il être décerné ?
Cette année, nous décernerons le prix Thierry Jonquet pour la meilleure nouvelle. En 2011, nous remettrons le prix Violeta Negra au meilleur roman écrit par des auteurs du Sud de l'Europe qu'ils soient Grecs, Turcs, Espagnols ou Italiens. Recueilli par E. D.