Les manèges pasenchantés du Ramier

Hélène Ménal

— 

Les travaux du tramway vont chasser les manèges des allées Jules-Guesde.
Les travaux du tramway vont chasser les manèges des allées Jules-Guesde. — F. Scheiber / 20 minutes

Lundi, l'opération escargot partira à 8 h du Zénith, direction le Grand-Rond. Les forains de la fête de Saint-Michel ont déjà commandé les banderoles. « Pas pour embêter les Toulousains mais pour défendre [leur] gagne-pain. » Délogés des allées Jules-Guesde par les travaux du tram, ils refusent de déménager sur l'Ile du Ramier l'année prochaine.

Prolongation d'une semaine
« C'est pourtant la seule solution puisqu'ils ont catégoriquement écarté le parking du Zénith. Nous pourrions installer la fête entre le pont Saint-Michel et le pont Pierre-De-Coubertin en attendant le déménagement du Parc des Expositions », explique Isabelle Hardy, l'adjointe au commerce qui a rencontré les professionnels mardi. « Impossible, il n'y aura jamais assez de place pour nos 140 manèges », rétorque Gilbert Méric, le président honoraire du syndicat national des industriels forains. Avec ses collègues, il estime que la seule solution est de migrer tout près de là, sur les allées Frédéric-Mistral. « Il suffirait d'élaguer quelques arbres, de supprimer quelques plates-bandes et de s'entendre avec les boulistes », calcule Armand Davèque, du comité d'organisation. « Il faudrait tout bétonner, ce qui n'est pas envisageable », dit au contraire Isabelle Hardy.
En attendant de trouver un terrain d'entente, les forains ont décidé de prolonger la fête d'une semaine, jusqu'au 17 octobre. Du bonus pour Julie, une riveraine et authentique fan. « C'est toute mon enfance, un point de ralliement pour mes amis. Je suis dégoûtée d'apprendre qu'elle va déménager », réagit la jeune fille. Elle regrette déjà la vue imprenable sur Toulouse du haut de l'Air Max, une attraction à frisson. Fanny et Jérémy, deux amoureux qui repartent avec un énorme nounours, sont moins embêtés. « Peu importe le lieu, du moment que la fête a lieu », estiment-ils.