La douleur des parents à la barre

— 

La mère de Brice Taton a été la première à s'exprimer à la barre hier, à la reprise du procès des meurtriers de son fils devant la Haute Cour de Belgrade. Lors de cette première journée d'audience, elle a raconté devant les douze inculpés la façon dont elle avait appris l'événement, mais aussi son départ précipité pour la capitale serbe le lendemain de l'agression du supporter du TFC. « Quand j'ai vu mon fils, j'ai eu du mal à le reconnaître. Son visage était tuméfié, son corps meurtri », a-t-elle raconté. Neuf mois après cette tragédie, elle a demandé à la cour des « peines sévères » à l'encontre de ceux qui agressé Brice et plusieurs de ses amis, tout en soulignant faire « entièrement confiance » à la justice serbe. « On attend de ce procès que la réalité éclate », a indiqué Suzanne Taton. Son mari s'est aussi exprimé, ainsi que cinq témoins français présents le 17 septembre à la terrasse de ce café. Les audiences se poursuivront jusqu'au 23 juin, pour un verdict en fin d'année.