Equipement Une étude sur les perspectives du trafic régional aérien est attendue aujourd'hui

©2006 20 minutes

— 

Didier Cujives Secrétaire PS du collectif d'élus du nord toulousain contre le nouvel aéroport

Pourquoi manifestez-vous aujourd'hui avant de connaître le résultat de l'étude de l'Etat sur l'implantation d'un nouvel aéroport

Les études menées par l'Etat en 2003 disaient qu'il fallait un nouvel aéroport d'ici à quinze ans

Nous avions démonté cette étude qui confondait Saint-Girons en Ariège avec Saint-Girons dans les Landes

Des contre-études, menées par notre collectif, les conseils général et régional ont montré qu'elle était mauvaise

Mais les résultats de l'analyse faite en 2005 peuvent être différents

On a l'intime conviction que cette étude sur les perspectives de trafic va dire : il faudra un nouvel aéroport

Nous manifestons pour montrer que nous sommes là et capables de mobiliser à nouveau 20 000 personnes

Quel que soit le résultat, nous sommes toujours contre un nouvel aéroport, car il est inutile

Pourtant le trafic de l'aéroport ne cesse d'augmenter ? Le trafic passagers progresse mais le trafic de rotation d'avions régresse car les compagnies remplissent au maximum les avions

La question du nouvel aéroport repose sur un élément dont personne ne tient compte : l'arrivée du TGV

En demandant le TGV, le nouvel aéroport et le grand contournement, comme le fait la mairie, on sème le trouble

Depuis quand l'Etat dispose des moyens financiers pour réaliser les trois ? Est-on certain que l'arrivée du TGV réduira le trafic aérien ? La mise en place du TGV Marseille-Paris a eu un impact sur la navette aérienne

L'aéroport de Blagnac a aussi largement de quoi supporter le doublement, voire le triplement du trafic

En plus, militer pour le TGV, c'est faire chuter le trafic

Cela nous met à l'abri pour des années

Préconisez-vous d'autres mesures ? Le report du trafic sur des aéroports dits de proximité comme ceux de Carcassonne ou Tarbes par exemple

Mais ne doit-on pas prévoir et geler des terrains ? Qui peut prévoir ce que sera l'avenir ? Si on gèle les terres pendant trente ans, cela veut dire plus aucune perspective de développement économique et urbanistique

Et à supposer qu'il faille geler des terrains, aucun des huit sites proposés dans l'étude de 2003 ne peut être retenu

Pourquoi ? Il y a une densification de l'aire urbaine et petit à petit elle s'étale au moins jusqu'à 50 kilomètres

De fait, ces sites seront trop près de Toulouse

Il faudrait un site à pas moins de 70-80 km

L'Ariège se propose de l'accueillir

L'Ariège possède, contrairement au nord toulousain, un mouvement favorable à cette implantatio

Mais il est très restreint et ne reflète en rien l'avis des populations

Dans trente ans, Saverdun aura une telle population qu'elle sera dans le tissu urbain Construire un aéroport dans l'aire de Toulouse est irresponsable

Recueilli par Béatrice Colin