AZF: la thèse de l'accident renforcée

©2006 20 minutes

— 

La thèse de l'accident chimique dans l'explosion d'AZF le 21 septembre 2001 tend à se vérifier au gré des expertises

Depuis le 24 janvier, le juge Perriquet, en charge de l'instruction du dossier, a sur son bureau un nouveau rapport qu'il avait commandé à Didier Bergues, expert en détonique

Ce dernier a pu tester, en conditions réelles, l'explosivité du mélange d'une centaine de kilos de nitrate d'ammonium industriel, agricole et de quelques kilos de chlore : le rapport établit de nombreuses similitudes avec l'explosion du 21 septembre, notamment le comportement de l'onde d'explosion et la forme du cratère

Les avocats de Grande Paroisse et les anciens salariés, qui combattent depuis le début la thèse de l'accident, attendent de prendre connaissance du rapport pour réagir

Les parties civiles, elles, affichent leur satisfaction

« Ce rapport est déterminant

Pour la première fois, on intègre l'élément chloré dans l'explosion chimique », se réjouit Gérard Ratier, président de l'association des familles endeuillées

Pour l'avocate de l'association, Stella Bisseuil, ce rapport ne fait que confirmer le scénario de l'accident, car « malgré toutes les pistes soulevées depuis quatre ans, Total n'a aucune thèse concurrente à proposer »

Philippe Font

synthèse Ce rapport est l'un des derniers éléments qui manquaient à la synthèse finale sur les origines de l'explosion. Elle sera remise au juge d'ici quelques jours.