Le supermarché de l’art tout en Bazart

© 20 minutes

— 

Mettre l’art à la portée de tous et révéler de nouveaux talents. C’est le double objectif de Bazart et de sa Caravane de l’art qui s’arrête à Toulouse jusqu’au 14 mai. La façon atypique de présenter et de vendre des tableaux – sur papier, carton, toile ou bois –, s’inspire des techniques des supermarchés. Les 900 oeuvres sont présentées en libre-service dans des bacs, avec au dos : le prix, de 70 à 770 e, le CV de l’auteur, et un certificat d’authenticité. Car il s’agit bien d’oeuvres originales et uniques. Chaque année un jury sélectionne trente artistes « sans critères d’âge ni d’expérience, mais au coup de coeur », note Dominic Campillo, qui a lancé cet événement en 1994. Pour l’édition 2006, les candidatures sont ouvertes jusqu’au 30 avril, mais la compétition est rude. Plus de 700 dossiers ont été déposés cette année ! « Etre sélectionné permet d’être vu par des milliers de visiteurs dans plusieurs villes, sans avoir à s’occuper de l’organisation. Et aussi, on l’espère bien, de vendre ! », reconnaît un artiste. Du côté des clients, la formule connaît un vrai succès. En dix ans, et à raison de six villes par an, ce showroom itinérant a permis à plus de 47 000 oeuvres d’être vues par quelque 15 000 « amateurs d’art » éclairés ou novices. Et c’est là, la plus grande fierté de Dominic Campillo : « Bazart a permis à des centaines de personnes qui n’osaient pas s’aventurer dans une galerie de faire leur premier pas dans une collection d’art. » Christine Deloye Rens. : www.bazart.com

pratique La Caravane de l’art sera à Toulouse jusqu’au 14 mai au Centre méridional de l’architecture de la ville, 5 rue Pantaléon. Du lundi au samedi de 10 h 30 à 19 h 30 et le dimanche (sauf le 1er mai) de 14 h à 18 h.