Tous les Toulousains sont au régime du tri

© 20 minutes

— 

Depuis hier, tous les habitants de Toulouse sont desservis par la collecte sélective. Au total, 56 000 habitants des quartiers ouest et sud-ouest de la ville sont désormais équipés d’un bac bleu destiné aux déchets recyclables, en plus de leur traditionnelle poubelle. Débutée il y a quatre ans, la collecte sélective en porte-à-porte touche aujourd’hui 88 % de la population. Les 12 % restants représentent la collecte volontaire pour les résidants du centre-ville, dont les immeubles ne peuvent être équipés des bacs bleus. En 2003, sur les 160 000 tonnes d’ordures ménagères ramassées, près de 7 000 tonnes étaient des déchets recyclables, le double de l’année précédente. A cela s’ajoutent les 4 000 tonnes de verre et les 1 500 tonnes de papier récupérées dans les containers dispersés un peu partout en ville. L’équipement des derniers quartiers devrait améliorer les chiffres l’an prochain. « Toulouse est loin d’être en retard comparé à d’autres grandes villes. On voit que ça se développe bien d’une année sur l’autre », indique Jacques Poujade, directeur régional d’Eco-Emballages, société en charge d’inciter financièrement les collectivités locales à se mettre à la collecte sélective. Malgré le travail des douze ambassadeurs du tri employés par la ville pour sensibiliser la population, « certaines personnes ne jouent pas le jeu et d’autres se trompent encore de poubelles », reconnaît ce spécialiste du logo vert du recyclage. B. C.

poids Chaque année, un Toulousain produit en moyenne 400 kg de déchets. Selon les dernières estimations d’Eco-Emballages pour 2004, les habitants ont recyclé 180 tonnes d’acier, 16 tonnes d’aluminium, 1 100 tonnes de carton, 460 tonnes de plastique, 6 400 tonnes de papier-journaux et 4 400 tonnes de verre.