La CGT Airbus veut en finir avec la discrimination syndicale

© 20 minutes

— 

Près de 150 personnes étaient rassemblées, hier à midi, devant le siège social d’Airbus, à Blagnac, à l’appel du syndicat CGT. Cette manifestation visait à faire pression sur la direction de l’entreprise afin de régler au plus vite la question des dommages-intérêts dans les différentes affaires de discrimination syndicale pour lesquelles la société a été condamnée, en mai 2003, par le tribunal des prud’hommes de Paris. Un mois après ce jugement, un accord de remise à niveau des salaires et des coefficients était signé entre la direction, 181 salariés et 50 retraités. « Mais la question des dommages et intérêts au titre du préjudice moral et financier prévu dans l’accord n’est toujours pas réglée », insiste Christian Marty, délégué syndical central CGT Airbus. Conséquence, en mars dernier, 182 salariés portaient plainte devant le tribunal des prud’hommes de Toulouse. Mais avant de retourner devant les juges, les syndiqués espèrent régler le problème et solder cette affaire qui appartient au passé.