Sida : une journée de lutte en berne

© 20 minutes

— 

En cette Journée mondiale de lutte contre le sida, Toulouse ne brillera pas par sa mobilisation. Certes, les facs sont mobilisées et des préservatifs seront distribués par l’association Jules et Julie. Mais aucun stand d’information n’occupera la place du Capitole. « Il y a une lassitude, une désaffection générale des gens autant que des politiques. Contrairement aux autres grandes villes, cet événement n’est pas assez relayé par les collectivités locales et par l’Etat », dénonce Jean-François Gaye-Palettes, médecin et président départemental d’Aides, organisatrice d’une conférence ce soir* sur les femmes et le VIH. « Il n’y a pas rien, mais il y a absence de coordination des actions. En outre, l’Association journée mondiale du sida (AMJS) est au ralenti pour diverses raisons », note François Chollet, adjoint au maire chargé des maladies transmissibles. Une campagne d’affichage municipale pour l’utilisation du préservatif féminin est tout de même prévue ainsi que la sortie, en janvier, d’une plaquette sur les femmes et le sida. Des infos nécessaires puisque la Haute-Garonne est au 9e rang des départements les plus atteints. « Nous suivons environ 2 000 patients chaque année, explique Lise Cuzin, médecin au service des maladies infectieuses de Purpan. Il y a une recrudescence des cas chez les quadras, qui se protègent de moins en moins. » B. C. * 19 h 30, salle Barcelone.

chiffres Depuis le début de l’épidémie, 1 871 personnes ont été atteintes du sida en Midi-Pyrénées. De mars à décembre 2003, 90 nouveaux cas d’infection au VIH ont été déclarés dans la région.