Ciel un peu dégagé avant la négociation

— 

L'issue du conflit social chez Airbus se jouera demain après-midi, lors d'une « ultime » réunion de négociations proposée par la direction. Cette concession, annoncée vendredi, a entraîné la levée du blocage qui empêchait le déchargement des avions cargos et perturbait l'approvisionnement des chaînes d'assemblage depuis une semaine. « Nous avons aussi décidé de suspendre les actions judiciaires initialement envisagées », indique par ailleurs une porte-parole de l'avionneur.
Ce conflit, porté par une unité syndicale sans précédent chez Airbus, concerne les revalorisations salariales. L'intersyndicale FO-CFE/CGC-CGT-CFDT-CFTC réclame des hausses de salaires de 3,5 % et des centaines d'embauches. La direction a d'abord proposé une augmentation globale d'1,5 % avant de monter la barre jusqu'à 1,9 %. Les syndicats espèrent qu'elle ira au-delà demain. Thierry Baril, vice-président chargé des ressources humaines, appelle à « une sortie de crise acceptable par tous ».