Astérix à l’école des occitanistes

© 20 minutes

— 

Les aventures d’Astérix traduites en Occitan déboulent aujourd’hui dans les rayons. Un lancement plutôt bien accueilli chez les occitanistes locaux. Il faut dire que le choix du traducteur est judicieux : actif dans la presse spécialisée, David Grosclaude est le président national de l’Institut d’études occitanes ( IEO), dont le siège se situe dans la Ville rose. « Cette traduction, qui n’est pas littérale et laisse la place à l’interprétation, est une bonne chose » , considère Jean Moureu, le directeur national de l’IEO. On se réjouit aussi du côté des quatre « calendretas » de l’agglomération, ces écoles occitanes qui scolarisent plus de 300 élèves : « La BD est un support de lecture qui fonctionne bien. Astérix permet aussi de faire de l’Histoire, l’humour étant un bon vecteur de pédagogie » , estime Jocelyn Icart, le président de la fédération régionale et de la calendreta de la Côte Pavée. Et puis il y a les réfractaires, comme l’occitaniste Jean Vilotte qui considère cette opération comme « le comble du provincialisme » H. M.