Toulouse : Les forains s’installent de force sur l’île du Ramier

BRAS DE FER Samedi à 4 heures du matin, une vingtaine de caravanes s’est installée « sans aucune autorisation préalable » précise la mairie, sur l’île du Ramier

M.B.
Une fête foraine  (illustration).
Une fête foraine (illustration). — F.Elsner

« Mr le Maire Jean-Luc Moudenc, vous vouliez l’île du Ramier ? Nous y sommes, comme vous le souhaitiez ! #MontageEnCours » Sur les réseaux sociaux, les forains résument l’état d’esprit dans lequel ils se trouvent depuis le début du bras de fer avec la mairie de Toulouse, concernant la tenue cette année de la fête Saint-Michel.

Après l’annonce, faute d’accord entre les deux parties, de l’annulation de l’édition 2022 de cette manifestation incontournable depuis cinq décennies, les forains ont décidé de jouer le passage en force. Samedi à 4 heures du matin, une vingtaine de caravanes s’est installée « sans aucune autorisation préalable » précise la mairie, sur l’île du Ramier. Puis les forains ont commencé à monter leurs manèges. « Afin de sécuriser les lieux, et pour empêcher d’autres installations illégales, la police municipale s’est déployée » ajoute la municipalité.



Procédure d’expulsion

Le maire Jean-Luc Moudenc a immédiatement réagi. Dans un communiqué il « condamne ce qu’il faut bien appeler un coup de force, au mépris de toutes les règles de sécurité. » « Malgré les discussions que nous avons eues avec eux ces dernières semaines, certains forains ont choisi de ne pas respecter les engagements pris. »

« C’est un lieu que la mairie nous avait proposé à la base, indique de son côté un forain dans les colonnes de La Dépêche du Midi. Il est clairement trop petit pour 96 manèges, mais comme nous ne sommes plus que 18 aujourd’hui, ça nous convient. »

Selon l’élu, « cette intrusion compromet les éléments de convergence que nous avions pu esquisser la semaine dernière, et met à mal la confiance indispensable au travail à mener conjointement pour les prochaines années. » Un huissier de justice s’est déplacé sur les lieux pour constater l’infraction, et le maire a lancé une procédure d’expulsion.