Toulouse : La fête foraine Saint-Michel n’aura pas lieu cette année

CONFLIT Depuis plusieurs semaines, un conflit oppose les forains à la mairie sur le lieu d’implantation de cette fête incontournable de la Ville rose

B.C.
— 
Toulouse, le 3 octobre 2012. Attractions forraines de la fete Saint Michel sur le parking du Zénith.
Toulouse, le 3 octobre 2012. Attractions forraines de la fete Saint Michel sur le parking du Zénith. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES
  • Depuis plusieurs semaines, les forains de la fête Saint-Michel à Toulouse et la municipalité sont en conflit sur le lieu d’implantation.
  • Faute d’accord, les forains ont annoncé mercredi sur les réseaux sociaux que cette édition était définitivement annulée.

Les manèges et autotamponneuses auraient dû commencer à tourner en fin de semaine dernière. Ils ne seront finalement même pas montés cette année. Les Toulousains amateurs de fête foraine vont devoir faire une croix sur celle de Saint-Michel. Incontournable depuis cinq décennies, ce rendez-vous a été définitivement annulé lundi mercredi faute d’accord avec la mairie, ont annoncé les forains sur les réseaux sociaux.

Depuis plusieurs semaines, un conflit oppose la municipalité et les professionnels de la fête sur son lieu d’implantation. Après avoir été durant près de 40 ans en centre-ville, ils étaient installés sur le parking du Zénith. Mais le développement du quartier et les plaintes des riverains ont poussé la mairie à chercher un nouveau point de chute pour les 120 attractions qui font vivre pas moins de 90 familles.

Et l’an prochain ?

Après avoir étudié près de 25 lieux, mi-septembre, la mairie a proposé en dernier recours un site sur l’île du Ramier. Sans la refuser, les forains ont répondu à la collectivité que cette solution leur paraissait « compliquée à mettre en œuvre vu les travaux lancés sur l’île ». Un conflit larvé, puis ouvert ces derniers jours, a vu le jour. Les forains ont mené des opérations escargot et une réunion a eu lieu samedi entre les représentants des forains, le maire et les services de l’Etat. Sans succès.

« Merci Jean-Luc Moudenc de supprimer cette fête dans le centre-ville qui faisait jusqu’alors le bonheur de tous », ont posté les forains sur leur page Facebook, indiquant qu’il est « interdit de rire et s’amuser dans la Ville rose ».

Reste à savoir si une solution sera trouvée pour l’an prochain ou si la fête foraine n’aura définitivement plus droit de cité à Toulouse.