D'âpres négociations en perspective

— 

Onesta est favorable à la proportionnelle.
Onesta est favorable à la proportionnelle. — A. gelebart / 20 minutes

La nuit porte conseil… Enfin, certains osaient l'espérer hier soir. Si les négociations entre les différents partis de gauche n'ont pas attendu le vote d'hier pour débuter, elles se sont intensifiées en fin de journée avec l'annonce des résultats. Et devront être finalisées ce soir, avant 18 h. C'est en effet la limite technique pour pouvoir imprimer en temps et en heure les bulletins de vote et les professions de foi, afin qu'elles soient reçues par les électeurs avant le second tour. Le dépôt officiel de la nouvelle liste se fera demain en préfecture.
Au cœur des tractations, le rôle du Front de gauche et d'Europe Ecologie au sein de la future majorité régionale présidée par Martin Malvy. Ce dernier l'a répété tout au long de la campagne : il est favorable à une fusion à la proportionnelle. Même s'il était, hier soir, moins catégorique sur cette position de principe. Certains de ses militants ne cachaient d'ailleurs pas leur manque d'enthousiasme à une alliance avec Europe Écologie.
En passant largement la barre des 5 %, la liste conduite par Christian Picquet peut prétendre à quelques places au sein de la liste d'union. Mais les communistes, aujourd'hui très présents dans l'exécutif local avec trois vice-présidences, pourraient voir leur poids fléchir au profit des écologistes en cas de fusion. Avec plus du double de voix, Gérard Onesta compte bien peser au sein de la nouvelle gouvernance, même si son score est en dessous de la flambée verte annoncée par les sondages. « Il n'y aura pas de surenchère ou de sous-enchère », a-t-il insisté hier soir. Tout en sachant que les décisions prises par les instances nationales de chaque parti compteront. Et ces dernières devraient influer sur les tractations locales. Mais, fidèle à la position qu'il a tenue depuis le début de la campagne, Gérard Onesta refuse de jouer les seconds rôles. « Si on sent qu'il y a des blocages, ce sera vite décidé, nous nous maintiendrons », a-t-il averti hier.