Les candidats doivent slalomer entre les lobbys

REGIONALES Groupes de pression ou simple citoyen, tous veulent des réponses à leurs questions...

A Toulouse, Béatrice Colin

— 

Les différents candidats ont notamment été sollicités sur l'intermodalité train/cycle.
Les différents candidats ont notamment été sollicités sur l'intermodalité train/cycle. — A. duquesnel / 20 minutes

Des OGM au Droit à mourir dans la dignité, en passant par la place du vélo en ville, les candidats aux régionales doivent avoir un avis sur tout… Et, surtout, ils doivent le faire connaître. Depuis quelques semaines, leurs QG de campagne croulent sous les demandes de rendez-vous ou les questionnaires.

 

>> Retrouvez notre dossier spécial sur les régionales par ici

 

Si les grosses associations s'y sont prises il y a quelques mois, d'autres se réveillent à quinze jours du scrutin. «Ce matin, quatre riverains du Lot nous ont par exemple sollicités par mail pour connaître la position de Martin Malvy [PS] sur la viabilisation d'un terrain. Cela fait partie de la campagne, mais il y a ceux qui savent, et font du vrai lobbying, et ceux qui ne connaissent pas l'action régionale et font des demandes sur tout et n'importe quoi», indique un membre de l'équipe du candidat socialiste où deux bénévoles dispatchent les demandes entre les colistiers.

Relais d'opinion


Conscients de l'intérêt de chaque voix, certains partis se font un devoir d'y répondre. L'association Vélo a ainsi reçu des réponses sur la politique cycliste de trois candidats. «Ce sont des électeurs importants, des relais d'opinion. On ne peut pas dire qu'il s'agit de groupes de pressions, ils veulent entendre ce que l'on propose. Je pense que le travail de lobbying intervient auprès des gens déjà en place, même si certains anticipent», note Guillaume Cros, le directeur de cam­pagne de Gérard Onesta (Europe Ecologie).

Ainsi, pour la première fois, la tête de liste a été sollicitée par le Medef pour une rencontre. La réponse vient par­fois directement de la bouche du candidat. Hier, le président de la région sortant recevait le collectif de l'Union pour la sauvegarde des villages, mobilisé autour de la Ligne à grande vitesse. Un lob­bying important car le choix du tracé sera fait après les élections. Et comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, l'un de ses porte-parole figure sur la liste de candidate UMP, Brigitte Barèges.

Engagements

Les élections sont l'occasion d'obtenir des engagements. Lors des municipales, Pierre Cohen s'était engagé auprès de la coordination occitane à créer un poste de chargé de mission à la culture occitane. Obtenu.