Des experts et des caméras en renfort

Hélène Ménal

— 

Frédéric Scheiber/20 Minutes

Avec près de 8 000 domiciles « visités » l'an passé en Haute-Garonne, les cambriolages sont en hausse de 3,46 % par rapport à 2008. Ils constituent, avec les voitures pillées (+ 4,39 %), les deux gros points noirs des chiffres annuels de la délinquance. Des délits uniquement matériels mais qui, comme le souligne Michel Valet, le procureur, ont « beaucoup d'impact sur les esprits ». Une cellule commune police-gendarmerie a ainsi été créée en fin d'année dernière pour endiguer les cambriolages.

Concernant les vols à la roulotte, certaines opérations prennent une ampleur spectaculaire. « On assiste à de véritables raids et razzias sur les parkings non surveillés du type universités ou supermarchés, dans des rues du centre-ville, ou encore dans les parkings souterrains de résidences », explique Jean-Paul Brèque, le directeur départemental de la sécurité publique. Dans ce domaine comme dans celui des cambriolages, pour booster des taux d'élucidation en berne, le recours à la police scientifique sera désormais la règle. Soixante-dix fonctionnaires sont déjà opérationnels, promus « experts » en relevés de traces. Et la formation continue. L'autre piste défendue par le préfet pour résoudre les enquêtes est celle de la vidéosurveillance. De l'agression dans le métro à un casse de magasin hi-fi, le préfet de Haute-Garonne, Dominique Bur, a recensé dix affaires bouclées grâce à des caméras en 2009. W