Des lignes de tram qui restent en papier

Hélène Ménal
— 
La ligne Envol devrait profiter aux 14 000 employés de la zone aéroportuaire.
La ligne Envol devrait profiter aux 14 000 employés de la zone aéroportuaire. — A. DUQUESNEL / 20 MINUTES

   La ligne de tram qui doit desservir l'aéroport fin 2013 a au moins gagné hier un nom de baptême officiel : « Envol ». Les élus délégués à Tisséo, l'autorité organisatrice des transports en commun, ont même arrêté un créneau pour soumettre le projet à concertation publique : du 4 au 11 janvier 2010. 

   Au stade actuel des études, Tisséo penche pour un « tracé sud ». La ligne Envol serait connectée à la ligne E dès Toulouse, au niveau du secteur Ancely/Servanty. Elle serait jalonnée de trois stations et franchirait le Fil d'Ariane, ce qui faciliterait la vie des 14 000 employés de la zone aéroportuaire. Quelque 9 500 usagers l'emprunteraient tous les jours pour un temps de parcours entre les Arènes et l'aéroport, évalué à 18 minutes et30 secondes. 

   Mais « l'envol » n'est encore que virtuel. Car chez Tisséo, les nouveaux investissements doivent être votés à l'unanimité des collectivités. Et comme il le fait pour la ligne « Garonne », entre les Arènes et le Grand-Rond, le Sicoval (Communauté d'agglomération du Sud-Est Toulousain) refuse de voter les délibérations tant que le débat sur le prolongement de la ligne B (PLB) du métro vers Labège n'est pas tranché. « Nous, nous essayons d'aller de l'avant, et vous, vous faites du chantage », a lancé Pierre Cohen (PS), le président du Grand Toulouse, à Christian Lavigne (PS), le maire de Labège. « Nous ne faisons que ce que vous avez fait en bloquant autoritairement la concertation publique sur le PLB », a répondu ce dernier. Une chose est sûre, les querelles politiques ne sont toujours pas apaisées à Tisséo. Et la seule ligne de tram vraiment sur les rails est la ligne E entre Blagnac et les Arènes. Elle sera mise en service le 1er décembre 2010. W