Matabiau amorce sa mue vers plus de flux

Béatrice Colin

— 

Le nouveau quai dessert notamment les lignes en direction d'Albi et de Rodez.
Le nouveau quai dessert notamment les lignes en direction d'Albi et de Rodez. — A. DUQUESNEL / 20 MINUTES

Et de six. La gare Matabiau vient de se doter d'un nouveau quai destiné à désengorger ceux existants. « Cela va nous permettre d'accueillir 20 % de TER en plus et d'améliorer la fluidité du trafic, car aujourd'hui, les jours de grand départ, avec 25 000 voyageurs qui se croisent, nous arrivons presque à saturation », explique Pierre Meyer, directeur régional de la SNCF. D'autant que l'offre TER de passage en gare Matabiau n'a cessé de croître ces dernières années, passant de 164 trains, il y a sept ans, à 260 aujourd'hui.

Après deux ans de travaux et un investissement de 17,19 millions d'euros (Etat-région-RFF et SNCF), ces deux nouvelles voies permettront d'accueillir dès la semaine prochaine huit trains régionaux et trois corails supplémentaires. Ce chantier préfigure les grands changements dont la gare va faire l'objet au cours de la prochaine décennie. Car en 2020, la ligne à grande vitesse (LGV) mettant Toulouse à 3 heures de Paris devrait débarquer à Matabiau. « Nous sommes aujourd'hui à 9 millions de passagers par an. Avec l'arrivée du TGV, nous devrions passer à 15 millions, et d'ici à douze ans, nous pourrions avoir doublé. Il faut donc continuer à reconfigurer », enchaîne le responsable de la SNCF.

Pour absorber les flux, un autre quai pourrait voir le jour du côté de Marengo. Ce projet sera abordé par les deux études lancées sur le devenir de Matabiau, et sur son ouverture sur le quartier. Pour ce dernier point, la réalisation d'une deuxième entrée côté rue de Périole est dans les tuyaux, ainsi que la conservation ou la destruction des bâtiments qui abritent actuellement la direction régionale de la SNCF. Les premiers résultats seront livrés en 2011. W