Un « garage pour tous », tous pour un garage

Charlotte Boitiaux

— 

Les clients participent aux réparations, encadrés par un salarié de l'association.
Les clients participent aux réparations, encadrés par un salarié de l'association. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Finies les factures astronomiques pour une durite. En cette période de morosité, les Toulousains devraient pouvoir faire quelques économies grâce à Garage pour tous. Cette nouvelle structure associative, qui vient d'ouvrir ses portes dans le quartier de Bellefontaine, propose des tarifs défiant toute concurrence. Mais pas de méprise, deux conditions s'imposent pour en profiter : mettre les mains dans le cambouis et « oeuvrer pour l'entraide citoyenne ».

Porté par l'association Mobilité-e-s, ce garage s'inscrit dans une démarche sociale et solidaire. « Nous ne sommes pas une entreprise, nous voulons créer une mixité sociale, aider à la réinsertion », répète Bernard Baubil, le directeur de Partage-Faourette, l'association dont dépend Mobilité-e-s. Financé par l'Etat, le conseil régional et la mairie de Toulouse, le concept est simple : néophyte ou débrouillard, tous les clients devront participer à la réparation de leur voiture. Sinon, « vous devrez aider l'association d'une autre manière, en donnant un peu de votre temps », poursuit le directeur.

Tout le monde, « du précaire au cadre », peut venir y déposer sa voiture mal-en-point. A condition d'être indulgents. Huit salariés « pas forcément spécialisés dans la mécanique » tiendront la maison, encadrés par un chef mécanicien.

« Ils s'investissent pour se réinsérer socialement, mais ce ne sont pas des professionnels », indique Bernard Baubil. Pourtant, ces travailleurs sociaux ne s'attelleront pas seulement aux réparations « basiques ». Outre les vidanges et les changements de pneus, ils apprendront toutes les ficelles du métier. « Nous attendons la livraison de trois ponts, d'une équilibreuse, d'un démonte-pneu..., énumère fièrement le responsable. Nous pourrons donc faire face à toutes sortes de pannes ».

Un deuxième garage du même type devrait également voir le jour courant 2010 dans le quartier Nord de Toulouse. Celui-ci espère aller encore plus loin, en lançant la vente de voitures à petits prix. W