Ça gaze ou ça casse chez GrDF

— 

Les négociations étaient toujours en cours hier soir à Paris pour sauver le soldat Rodolphe. Cet agent toulousain de GRDF, la filiale distribution de GDF, est le seul des trois grévistes sanctionnés après les mouvements du printemps dernier à ne pas avoir été réintégré dans l'entreprise. « Les deux autres ont été repris bien que rétrogradés. Ils n'ont toujours pas de point de chute à Toulouse mais les négociations avancent. En revanche, sur le cas de Rodolphe, il y a un vrai point de blocage », expliquait hier, avant de s'envoler vers la capitale, Marc Courdès de la CGT Mines-Energie.

Le syndicat pense « que la direction est prête à aller en justice pour obtenir une jurisprudence sur le droit de grève ». Une audience sur le cas de Rodolphe B. est d'ailleurs programmée pour le 11 décembre devant le tribunal des prud'hommes de Paris. Les gaziers se préparent d'ores et déjà à se mobiliser ce jour-là. A moins que les négociations n'aboutissent. W

H. M.