Petites investigations entre amis

Lucie Ollivier

— 

A l'étage, un cadavre est effondré sur une banquette. L'enquête peut enfin commencer.
A l'étage, un cadavre est effondré sur une banquette. L'enquête peut enfin commencer. — A. DUQUESNEL / 20 MINUTES

Pascal Martin est concepteur de « Mortelle soirée ». Il y a un an, cet auteur de théâtre testait son premier scénario avec des amis. Aujourd'hui, il vend son concept aux entreprises et aux particuliers. « Je suis surpris par l'ampleur que ça a pris ! », dit-il.

Il est 20 h. Une cinquantaine de joueurs sont réunis au restaurant ô3C. Des Hercule Poirot d'un soir, prêts à faire fonctionner leurs cellules grises pour répondre à une énigme : qui a tué Paulo Esposito ? À l'étage, le cadavre effondré sur une banquette. À ses côtés, des dollars, un carnet et un verre vide. Chaque équipe reçoit quelques éléments de l'histoire, le nom des suspects et des documents mis à disposition par l'animateur de la soirée : relevés d'empreintes, fiches d'état civil, articles de journaux...

La serveuse du bar - une comédienne -est le seul témoin du crime. Les équipes ont trois minutes pour la questionner : « Esposito était-il marié ? A-t-il fait de la prison ? Qu'a-t-il bu ce soir-là ? » La barmaid répond en prenant soin de ne pas trop en dire. « En général, les joueurs sont plus intéressés par leurs questions que par les réponses », rigole Pascal Martin. Il est 23 h, l'animateur met fin aux investigations. « C'était compliqué, mais on n'a pas vu le temps passer ! » s'exclame Cathy, une jeune joueuse. Le crime est devenu son affaire. W