Un schéma directeur en eaux troubles

Béatrice Colin

— 

Seules 48 % des eaux du bassin Adour-Garonne sont jugées de bonne qualité.
Seules 48 % des eaux du bassin Adour-Garonne sont jugées de bonne qualité. — A. GELEBART / 20 MINUTES

D'ici à 2015, 4,1 milliards d'euros devront être mis sur la table, afin que 60 % des eaux du bassin Adour-Garonne soient de bonne qualité. C'est en tout cas le budget fixé par le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux 2010-2015, adopté hier par le Comité de bassin Adour-Garonne. Aujourd'hui, seuls 48 % des 2 913 rivières, lacs et autres cours d'eau du grand Sud-Ouest ont un niveau de pollution acceptable. En outre, le déficit en eau est estimé à 250 millions de m3 chaque année. Pour préserver cette ressource, les élus comptent sur une baisse de la consommation. Et sur de nouvelles réserves... sans dévoiler lesquelles.

« Chaque territoire fera ses propositions. Il faut aussi voir l'état de l'existant et mieux l'utiliser », avance Martin Malvy, président (PS) du Comité de bassin. Quant au barrage de Charlas, il n'est plus à l'ordre du jour. Cette retenue de 110 millions de m3 manque de financement et d'unanimité. Au grand dam de certains. « Nous faisons face à un allongement des périodes de sécheresse et à un accroissement démographique. Aujourd'hui, il faut savoir où se feront ces retenues, sinon nous continuerons à gérer la pénurie en 2015 », déplore Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique et social régional. W