Distribution de notes aux bons et aux mauvais écolos locaux

— 

Alain Ciekanski (à g.), de Copenhague 31.
Alain Ciekanski (à g.), de Copenhague 31. — A. DUQUESNEL / 20 MINUTES

La fonte des glaciers des Pyrénées est l'une des conséquences directes du réchauffement climatique dans la région. Pour enrayer cette tendance, un collectif Copenhague 31 vient de se créer et se réunira demain soir*. Son objectif : infléchir les politiques publiques, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. D'ici au 7 décembre, début du sommet mondial au Danemark, ces militants toulousains auront attribué des bons et des mauvais points aux responsables locaux.

« Par exemple, la voie du canal Saint-Martory est un projet anti-écologiste. C'est une voie routière sur laquelle on va faire rouler un flot de voitures en direction du centre-ville. Quant au boulevard urbain nord, parmi plusieurs projets présentés, celui qui semble tenir la corde passe sur un terrain classé à Launaguet et détruit des terres maraîchères », liste déjà Alain Ciekanski, membre du collectif et des Amis de la Terre. Le projet d'autoroute Toulouse-Castres est aussi mis à l'amende. Si les projets d'urbanisme portés par la commune tarnaise du Séquestre ou le développement des pistes cyclables à Toulouse sont cités en exemple, l'écologiste reste dubitatif face au Plan Climat lancé par la Ville rose. « Pour l'instant, nous ne voyons ni son application concrète ni un programme d'action chiffré », poursuit le militant. W

B. C.

* A 20 h 30, au 60, boulevard des Récollets.